Agile France 2011 : une bouffée d’agilité

Les 26 & 27 mai 2011 était organisée la 6ème édition d’Agile France à Paris. Même si le temps était un peu frisquet, la Porte Jaune dans le Bois de Vincennes est un lieu somptueux et parfaitement adapté aux rencontres. Au programme cette année, 6 tracks pleines d’agilité pendant 2 jours. Le choix des sessions étaient donc difficiles (comme d’habitude). Pour tous les absents (de la conférence ou des sessions), voici quelques extraits :

  • Session « Le A3 Problem Solving , par l’exemple » par Antoine Contal

Retours d’expériences et illustration par l’exemple d’une pratique de résolution de problème à la source. Lors de cette session étaient présentés les résultats de plusieurs apprentis « A3 solver ». La démarche, quoique simple au premier coup d’oeil (contexte, situation, cible, analyse de cause, contre-mesures, plan d’actions, résultat, leçons et points ouverts), va bien plus loin que le simple remplissage d’un modèle de document. Il faudra aller sur le terrain, observer les faits, le concret pour pouvoir déduire le fondamental du secondaire, stopper les certitudes et gommer les à priori. Est-ce que la résolution du problème apporte de la valeur ? « Un problème est un écart entre une attente et un constat ». Aux dires des interviewés, cette pratique a changé leur façon de voir les choses. A creuser donc, mais avec un coach … Et parfois le problème … c’est justement d’identifier le problème !

Ouvrages recommandés : Understanding A3 Thinking & Managing to learn

Joueur et amateur d’agilité, Alexandre illustre les principes du Kanban au cours d’un jeu de sa création, simple et ludique et organisé en 2 équipes de 8 personnes qui chacune incarne un rôle bien particulier dans le casino. Goulet d’étranglement, gestion du stock, gaspillage, auto-organisation et maîtrise du travail en cours sont tous passés en revue. Un très bon moment pour ceux qui jouent.

Efficace, connu et expérimenté par des milliers de
personnes à travail le monde, ce jeu est l’occasion de vous confronter à un challenge extrêmement simple : contruire en moins de 18 minutes une tour de spaghetti la plus haute possible avec à son sommet un marshmallow. Après le timer, le jury mesure la tour si elle tient toujours debout. Résultats étonnants. La nôtre tenait à la 17ème minute (voir photo pour la preuve) mais pas de chance, elle est tombée juste avant le passage du jury. Hauteur mesurée : la hauteur d’un spaghetti :-). Expérience acquise : tester tôt, tester souvent. Essayez ce jeu, vous serez étonnés du résultat.

  • Animation de « Transition organisationnelle et accompagnement au changement »

Après Agile Grenoble 2010 et le Scrum Day 2011, j’ai eu le
plaisir de rejouer cette présentation qui me tient à cœur. J’y présente des axes de réflexion pour bien contextualiser sa transition vers l’agilité et se poser les bonnes questions en fonction de ses interlocuteurs. Toutes les transitions ne ressemblent pas, il
est donc important de voir la sienne à son propre niveau. Retrouvez les slides et la vidéo. Un grand merci aux participants, leurs précieux feedbacks et à So@t pour leur billet.

Dans un de ses billets Jeff patton décrit l’atelier de capture et d’organisations des besoins : « User Story Mapping ». Cet atelier a pour objectif de partager la vision produit entre tous les membres du projet à travers une démarche simple et très interactive.

En s’appuyant sur la recherche des besoins, des acteurs, des activités et des fonctionnalités, cette technique d’animation d’atelier est d’une efficacité redoutable. Brieuc nous présente tout d’abord le principe de fonctionnement de l’atelier puis place à la formation des groupes réunis autour d’un porteur de vision produit (même partielle). En quelques 30 minutes, chaque groupe a pu extraire une grande partie du périmètre de son système et identifier où se situe le chemin critique. Le secret réside dans le partage de la vision du projet (y compris celle économique), des échanges et des idées non censurées brassées en continue puis une sélection rapide. Un autre indice pour dégager toute la performance de cet atelier : que cherchez-vous à maximiser/minimiser dans/grâce à votre produit ? A repratiquer de toute urgence pour tous les nouveaux projets. Merci à Brieuc pour l’application de cet outil Ô combien nécessaire. Résultats observés : créativité, facilité d’appropriation du sujet, timeboxing, très bon pour démarrer un projet (mais pas une finalité), les idées fusent, les développeurs sont amenés au coeur du produit.

Quelques exemples de résultats produits :

 

 

 

 

 

  • Atelier « Transition agile : culture du changement ou changement de culture ? » par Thomas Lissajoux & Christophe Thibault

Le changement d’une organisation sera plus ou moins simple, court ou long en fonction d’une multitudes de paramètres. Une majorité d’entre eux peut être regroupée sous la notion de culture. Cette session expérimentale démarre par une définition : « [La culture est un] ensemble de suppositions partagées et apprises par un groupe qui guident l’interprétation & l’action dans les organisations en définissant le comportement approprié pour des situations variées ». Thomas développe son propos en s’appuyant sur les travaux d’Alistair Cockburn. Il nous invite à travailler autour de 5 changements culturels qui créent des tensions :

  1. Prédictif vs. empirique
  2. Spécialisation vs. coordination
  3. Coûts vs. résultats
  4. Conformité vs. expérimentation et flexibilité
  5. Responsabilités individuelles vs. responsabilités collectives

Passée la théorie, des groupes de 4/5 personnes se forment. Objectif : chaque groupe travaille autour d’une tension exprimée par un « coaché ». Les autres membres jouent le rôle des coachs et vont amener le « coaché » à exprimer sa situation de départ, sa vision idéale du futur, ce qui a déjà changé, et les prochains changements qui lui donneront confiance. L’exercice était intéressant même si parfois le lien avec le changement de culture n’est pas très clair. Thomas a l’habitude de faire cet atelier en face à face avec ses clients. A voir donc comment améliorer le format pour des groupes et rendre plus efficace un travail sur la dimension psychologique collective.

 

  • Pour compléter le résumé de cette journée, les autres sites à consulter (à compléter par vos soins) :

Le site officiel Agile France : http://conf.agile-france.org
SO@T :
http://blog.soat.fr
Fabrice Aimetti : http://tinyurl.com/3hnzc8t & http://j.mp/kPYwOh
Alexandre Boutin : http://tinyurl.com/42g3obz
Twitter : http://twitter.com/#!/search?q=%23AgileFrance

  • Conclusion, les +

Le dépannage du tee-shirt Micropole (merci Cyrille !)
Le programme
La disponibilité et la gentillesse des organisateurs
Le cadre et les repas, rien à dire, juste parfait

  • Conclusions, les –

Le sac de goodies (même pas un carnet de notes :-|)
Pas d’enregistrement des sessions (mais bon, ce ne sont pas les seuls à ne pas le faire)
Pas assez de pause entre les sessions
Démarrage un peu tard (9h30)
La météo

Enfin un grand merci aux organisateurs et aux sponsors (sans eux on n’aurait pas de conférence ici ou ailleurs !) et juste pour vous faire saliver, Agile France c’est aussi le top du top sur les repas. Jeudi et vendredi midi c’était buffet à volonté mais le jeudi soir c’était le festival des papilles avec :

  1. Médaillon de foie gras
  2. Cœur de filet de bœuf à la moelle
  3. Duo fromager
  4. Vacherin sorbet pêche
  5. Le tout accompagné d’un Bordeaux 2007 extra
LinkedInBufferViadeoEvernote
Ce contenu a été publié dans Agile, Conférence, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Agile France 2011 : une bouffée d’agilité

  1. Félicitations Romain, tu es l’auteur de ce nouveau blog et de cet excellent (premier) article ! longue vie !

    @+
    Fabrice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *