Agile Grenoble 2011 : on remet ça … ?

Le goodie phare d'Agile Grenoble 2011

… Oui !!! Mais il faudra attendre l’annĂ©e prochaine. D’ici lĂ  on peut se consoler avec les souvenirs et les retours sur ces 2 jours exceptionnels d’agilitĂ© et de rencontres Ă  Agile Grenoble 2011 . Pour ma part, je n’ai pu faire que la première journĂ©e mais la grande nouveautĂ© c’est qu’on est parti en Ă©quipe Product Owner et dĂ©veloppeurs rĂ©unis. Et si vous ne voulez pas tout lire, regardez les photos

Keynote de Karl Scotland : Starting An Agile Transition with Why ? (DĂ©marrer une transition agile avec pourquoi ?)

C’est un thème  Ă  la mode qui nous invite Ă  inscrire nos idĂ©es et nos actions dans une dĂ©marche simple : pourquoi ? Pourquoi faire ce produit ? Pourquoi le faire de cette manière ? Pourquoi les utilisateurs rĂ©pondent prĂ©sents (ou pas) ? Karl Scotland nous explique qu’une vision sans exĂ©cution est une hallucination et que souvent les Ă©quipes et les organisations se concentrent sur le Comment et le Quoi sans se poser la question importante : Pourquoi ? Pour dĂ©velopper son sujet (qui s’appuie sur une confĂ©rence de Simon Senek), Karl Scotland aborde les dimensions qu’il juge importantes :

  • Vision
  • Personne
  • Processus
  • Equipe
  • Valeur
  • Flux
  • CapacitĂ©

Karim Benameur : DĂ©passer l’efficacitĂ© pour ĂŞtre agile, la proposition de l’effissens

J’Ă©tais curieux de dĂ©couvrir un nouveau mot « effisens ». C’est tout simplement la contraction de efficience + sens = effisens. Karim Benameur dans un discours un peu alambiquĂ© mais bien construit nous parle d’efficacitĂ© (faire le plus possible), d’efficience (faire le plus possible de façon optimale) mais que tout cela n’a bien peu de valeur s’il nous manque le sens. L’agilitĂ© sans le sens n’a d’ailleurs que peu d’intĂ©rĂŞt, c’est ce qui explique les difficultĂ©s de certaines entreprises quand elle dĂ©marre leur transition agile. D’autres extraits de cette prĂ©sentation :

  • « Il n’y pas de rĂ©sistance au progrès, on ne parle que de rĂ©sistance au changement ».
  • « Les entreprises doivent se poser la question de leur responsabilitĂ© sociĂ©tale »
  • « EfficacitĂ© = rĂ©sultat final – rĂ©sultat attendu (donc l’efficacitĂ© est vide de sens) »
  • « Les premiers clients des managers sont leurs collaborateurs »
  • « La rĂ©sistance au changement est une rĂ©action Ă  une menace. En donnant du sens Ă  la menace, on minimise la rĂ©sistance »
  • « C’est en recherchant l’efficience qu’on devient manager »
  • « Efficience = affectation optimale des ressources aux objectifs fixĂ©s »
  • « Les entreprises ont les valeurs de leurs dirigeants »
  • « On ne dĂ©clenche pas la motivation d’une personne »
  • « Le sens est l’essence de la mĂ©canique organisationnelle »
  • « L’efficacitĂ© seule est irresponsable sociĂ©talement »

Au final une session bien construite même si certains passages restent à vulgariser (et encore plus pour la première session de la journée)

Mack Adams : Cartographie agile de la gestion des produits

Mack Adams nous a prĂ©sentĂ© les principes agiles et les outils qu’il applique sur des projets complexes en dĂ©marrant par la diffĂ©rence entre un Product Owner et un Product Manager. Son objectif restant invariant : mettre en place les moyens de dĂ©couvrir un produit qui sera rentable, utile et faisable. Puis Mack Adams a partagĂ© avec nous ses outils de travail :

  • Le chartering collaboratif : en dĂ©veloppant la vision produit, le pĂ©rimètre et les objectifs, l’expĂ©rience utilisateur, l’architecture technique avec des règles simples : rester lĂ©ger, collaboratif et visuel
  • Le User Story mapping : technique clĂ© de la gestion de produit. Au-delĂ  de l’artefact rĂ©alisĂ©, ce jeu favorise une activitĂ© entre les participants qui produit des rĂ©sultats assez incroyables. Voir http://cardmapping.com/. Lors d’un atelier de user story mapping, on apprĂ©ciera d’avoir conjointement le Product Manager, le Product Owner, l’architecture et un architecte UX

Pause : Ball Point Game par @agilex

Pendant la pause, un petit jeu proposĂ© par Alexandre Boutin pendant le repas oĂą le groupe formĂ© sur l’instant (soit entre 30 et 40 personnes) devra s’auto-organiser pour trouver la forme optimale du jeu et s’interroger sur son processus Ă  chaque fin de sprint. Je ne peux pas en dire plus, tout l’intĂ©rĂŞt rĂ©side justement dans la dĂ©couverte de ce jeu qui ne peut se faire qu’une seule fois. Au dĂ©but j’Ă©tais sceptique par le nombre … Ă  la fin j’Ă©tais convaincu ! A refaire lors d’une prochaine occasion.

Pause : Un-Deux-Ground

Du slam agile par 2 manipulateurs du verbe qui se sont risquĂ©s Ă  un exercice de haute-voltige : slammer sur l’agilitĂ© sans connaĂ®tre le sujet. C’Ă©tait drĂ´le, vif, frais, bref … c’Ă©tait rĂ©ussi ! Voir la vidĂ©o

Keynote de Jurgen Appelo : “How to Change the World”

Une keynote drĂ´le et bien construite autour des 4 points que Jurgen Appelo nous invite Ă  creuser pour maĂ®triser les changements et plus particulièrement ceux introduits par l’agile

  • Le système
  • Les individus : rester conscient en communiquant bien, susciter le dĂ©sir, dĂ©velopper les connaissances et les capacitĂ©s,
  • Les interactions : voir the « Adoption Curve Model » par Rogers
  • L’environnement

Sophie Freiermuth : L’architecte de l’expĂ©rience utilisateur, un membre clĂ© des projets front end Agile/Lean: prĂ©sentation du rĂ´le, conseils de collaboration

Une session passionnante pour nous prĂ©senter une discipline peu (re)connue en France : l’architecture de l’expĂ©rience utilisateur. Après une clarification des rĂ´les d’ergonome, architecte de l’information, designer d’interface, Sophie Freiermuth nous prĂ©sente les propriĂ©tĂ©s des produits …

  • Indispensable
  • Persuasif
  • Utilisable
  • A propos

… avant de s’attarder sur les personas, un outil incontournable pour rentrer dans la peau de ses utilisateurs et ainsi cibler correctement son produit. Comment ? C’est « simple », pour Ă©crire des personas il faut :

  • Aller sur le terrain : rencontrer les utilisateurs en vrai, dans la vraie vie, dans leur vrai environnement de travail
  • Choisir 3/4 profils utilisateurs sur lesquels on est d’accord, pas la peine d’en avoir plus l’exercice serait trop compliquĂ© pour les novices
  • Plus le produit est ciblĂ©, plus le produit fonctionnera
  • Les personas doivent ĂŞtre revisitĂ©es rĂ©gulièrement par l’observation, le bon sens et les tests

Enfin la seule façon (on ne le rĂ©pètera jamais assez) pour vĂ©rifier si son expĂ©rience utilisateur est bonne c’est de tester

  • Peu
  • LĂ©ger
  • Correctement
  • Souvent

… et avec des utilisateurs

  • Proche des personas dĂ©finies
  • Bavards
  • Confiants

Tout en gardant en tĂŞte que les utilisateurs ne nous diront jamais ce qu’ils souhaitent dans le futur mais plutĂ´t ce qu’ils ne veulent plus du passĂ©.

Conclusion, les +

  • L’organisation fantastique des petit(e)s h/f en rouge !
  • Le lieu
  • Le repas (beaucoup plus fluide que l’annĂ©e dernière !)
  • Les speakers de qualitĂ©
  • La logistique globale
  • Le rythme de la journĂ©e
  • Les goodies

Conclusion, les -

  • J’ai ratĂ© le dĂ©but de la keynote de Karl Scotland (trop tĂ´t)
  • Le plan des lightning sessions n’a pas très bien fonctionnĂ©
  • Trouver les salles la première fois n’Ă©tait pas forcĂ©ment très intuitif
  • Le WIFI n’a pas fonctionnĂ© pour moi de toute la journĂ©e

Bref, un grand bravo Ă  l’Ă©quipe et vivement Agile Grenoble 2012 !

Pour complĂ©ter le rĂ©sumĂ© de cette journĂ©e, les autres sites Ă  consulter

This entry was posted in Agile. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>